Sheryl Lee Ralph, au sommet de sa carrière, nommée Femme de l’année

Sheryl Lee Ralph est l’une des femmes de l’année, une reconnaissance des femmes qui ont eu un impact significatif dans leurs communautés et à travers le pays.

Hollywood est un personnage capricieux. Il peut vous élever à des sommets que vous n’auriez jamais imaginés. Et parfois, il vous fait redescendre dans la vallée.

sheryl lee ralph 02

La marque des femmes de l’année

Sheryl Lee Ralph est devenue une star dans les robes glamour de la production originale de Dreamgirls à Broadway en 1981. Aujourd’hui, elle remporte les honneurs en portant le pull-over d’une institutrice de maternelle dans la série télévisée “Abbott Elementary”.

Entre les deux, il y a eu les seconds rôles, les années où les choses semblaient s’être taries.

Il y a eu des moments où je me suis dit : Si j’arrête maintenant, j’aurai eu une grande carrière. Personne ne peut dire que ce n’est pas vrai“, dit-elle. “Mais je n’ai pas abandonné. J’ai continué d’avancer. J’ai continué à y croire.”

Au lieu de s’effondrer dans cette vallée, elle est devenue une activiste et a créé la DIVA Foundation pour soutenir ses amis atteints du VIH/sida. Elle a partagé l’écran avec les plus grands de Hollywood.

Et, elle a reçu l’appel pour rejoindre “Abbott Elementary”, où elle joue Barbara Howard, une enseignante dure mais dévouée, un personnage inspiré en partie par la mère de sa covedette et créatrice de la série, Quinta Brunson.

Et me voilà“, a déclaré Ralph, “dans le rôle de Barbara Howard dans la série télévisée la plus populaire au monde“.

En septembre, elle est devenue la deuxième femme noire à remporter un Emmy pour le second rôle dans une comédie. Quelques jours après l’entretien avec Shreyl Lee Ralph, l’équipe de “Abbott Elementary” a remporté le Screen Actors Guild Award de la meilleure performance d’ensemble dans une série comique.

Son étoile a brillé encore plus fort le dimanche du Super Bowl, lorsque des millions de personnes l’ont entendue interpréter “Lift Every Voice and Sing”, connu comme l’hymne national noir officieux.

L’Amérique, elle aussi, est un personnage inconstant.

Bien que la chanson fasse partie du spectacle d’avant-match depuis des années, c’était la première fois cette année qu’elle était interprétée à l’intérieur du stade au moment du match. Les conservateurs ont reproché à la NFL de semer la discorde.

Shreyl Lee Ralph a choisi d’ignorer ces réactions. Il a choisi de s’élever, et non de s’écraser dans la vallée de l’amertume.

Certains diront peut-être : “Mais ce n’est pas pour moi. Alors qu’en fait, c’est pour nous tous“, a-t-elle déclaré à propos de la chanson, écrite pour commémorer l’anniversaire d’Abraham Lincoln. “C’est pour nous tous que nous nous levons ensemble à la recherche de la liberté et de la justice, pour nous tous. Il n’y a rien de plus américain que cela“.

Et cette performance au Super Bowl ? J’étais en larmes.

Le nombre de personnes qui ont dit avoir pleuré, qui ont versé des larmes de joie, qui étaient heureuses d’entendre cette chanson à cet endroit. Et c’était la première fois que la NFL chantait “Lift Every Voice and Sing” à l’intérieur d’un stade. D’habitude, cela se fait à l’extérieur ou dans un endroit isolé. Cette fois-ci, j’étais au centre de la scène. J’ai pu le donner, et c’était magique.

à ne pas manquer  Florent Pagny malade : les dernières nouvelles sur son état de santé

Juste après avoir gagné un Emmy, vous sentez-vous très spécial ?

En ce moment, il m’arrive quelque chose de très, très spécial que je ne peux même pas décrire. Tout ce que je peux faire, c’est m’y plonger. Tout ce que je peux faire, c’est répondre aux appels. Tout ce que je peux faire, c’est me montrer à la hauteur de ma propre vie. Ce sont tous mes rêves qui deviennent réalité….. Tout ce que je peux faire, c’est continuer à être moi-même.

Qui avez-vous admiré pendant votre enfance ?

Je suis une enfant d’immigrés ; ma mère est originaire de Jamaïque. Elle n’a jamais voulu que je perde mes racines jamaïcaines. Pourquoi était-ce important ? Parce qu’en Jamaïque, avec tant de personnes d’origine africaine, j’ai toujours pu voir la grandeur. J’allais en Jamaïque et le médecin, l’avocat, l’évêque, le ministre, le politicien, le propriétaire du magasin… toutes les personnes qui dirigeaient et faisaient des choses étaient noires. Pour moi, toutes ces personnes méritaient l’admiration. Ils m’ont donné un exemple incroyable.

Qui admirez-vous aujourd’hui ?

Je regarde mes enfants. Je regarde mon fils et ma fille, comment ils grandissent. Et je regarde l’impact qu’ils ont sur leur monde et sur leurs amis. Mon fils a réagi au meurtre d’Ahmaud Arbery en disant que nous devions guérir. Il a dit que nous ne pouvions pas nous contenter de protester, que nous devions guérir. Il a donc créé, avec sa sœur et sa cousine, un projet intitulé “Walk Good” (marcher bien). C’est une expression jamaïcaine. Nous disons “Walk Good”. Cela signifie marcher en toute sécurité, marcher prudemment, se mettre à l’abri, bien marcher. Et ils font du yoga.

Depuis le meurtre d’Ahmaud, 150 à 200 jeunes de couleur se réunissent chaque dimanche pour guérir, dire leur vérité et faire du yoga. Je les regarde dans leur propre mouvement et dans leurs bons choix. Je regarde mon mari, le sénateur Vincent Hughes, qui s’accroche à sa tâche de fonctionnaire, pas seulement de politicien, mais de fonctionnaire qui fait du bon travail pour les gens. Et pas seulement pour certains, mais pour tous. C’est incroyable.

Quel est le moment dont vous êtes le plus fier ?

J’ai beaucoup de moments de fierté. Je suis très fière de moi, d’avoir pu avoir un enfant en bonne santé, d’avoir pu donner naissance à un enfant en bonne santé à deux reprises. Il n’est pas facile pour une femme, pour n’importe quelle femme, mais surtout pour une femme de couleur, d’avoir un enfant en bonne santé pour de nombreuses raisons qui échappent parfois à notre contrôle. J’ai épousé mon premier mari et j’ai eu deux enfants. Cela n’a pas duré, mais j’ai été assez forte pour me choisir, me libérer et aller de l’avant. J’ai épousé mon deuxième mari ; nous sommes mariés depuis longtemps maintenant. Quel choix merveilleux ! J’ai fait ce choix pour moi-même. J’ai été nominée pour un Tony. Et j’ai été nominée pour un Emmy. Et je l’ai gagné. J’ai été nominée pour un Critics Choice Award. Et je l’ai gagné. J’ai chanté au Super Bowl dans un stade silencieux – 70 000 personnes et elles m’écoutaient. Je n’en reviens pas. J’ai vécu tellement de moments de fierté. Et ce n’est pas fini. Il y en a d’autres à venir.

à ne pas manquer  Pourquoi il est important de faire preuve de compassion à l'égard d'Amanda Bynes

Y a-t-il un point faible ?

Je pense que le divorce est une chose horrible. Si vous devez divorcer de quelqu’un que vous avez aimé ou que vous aimez encore un peu, pourquoi ne pas simplement couper et arracher votre peau ? Ce serait bien mieux que le divorce. Cela a été l’un des moments les plus bas et les plus horribles de toute ma vie. Alors quand je dis que j’ai eu la fierté de pouvoir me relever et d’aller de l’avant, c’était horrible. La mort de mes parents. Mon père a été emporté par un cancer de la prostate. Il a souffert. C’était horrible. Ma mère est décédée d’une maladie cardiaque. Elle a souffert. Et c’était horrible. Je ne l’oublierai probablement jamais et je ne m’en remettrai jamais.

Comment surmonter l’adversité ?

Je pense qu’il faut voir les choses telles qu’elles sont et aller de l’avant. Mais vous n’allez pas vous arrêter. On ne peut pas s’arrêter. Il faut traverser la tempête. Comme l’a dit Chaka Khan, “Through fire, come what may” (à travers le feu, quoi qu’il arrive). Je continue.

Qui a ouvert la voie pour vous ?

Tant de femmes, tant d’hommes, tant de gens m’ont ouvert la voie. Mais je dois dire que mes plus grands champions ont été ma mère et mon père. Je dois remercier mes parents pour tout ce qu’ils m’ont donné. Je sais que c’est pour cela que je suis ce que je suis. J’ai perdu mes parents ; ils sont tous les deux décédés. Malheureusement, j’aurais aimé qu’ils soient là pour voir tout cela. J’aimerais qu’ils puissent en faire partie.

Quel conseil donneriez-vous à votre cadet ?

Je me suis donné des conseils à moi-même, à mon jeune moi, et je continuerais à le faire : “Tu vas bien. Tout ira bien. Tu es parfaite, telle que Dieu t’a créée. Sois patient, non seulement avec toi-même, mais aussi avec tous les autres. … Et n’ayez pas peur de donner tout ce que vous pouvez aux autres, parce que tout ira bien. Il y aura des moments où vous serez l’outsider. Mais croyez-moi, le jour viendra, que vous le vouliez ou non, où l’outsider sera au sommet.

Fred Istrack
Fred Istrackhttps://woozor.fr
Fred Istrack est un journaliste passionné et un contributeur clé du site d'actualités en ligne Woozor.fr. Avec une expérience de plus de 10 ans dans le domaine du journalisme, Fred a développé une expertise dans divers domaines, notamment le sport, la technologie et le lifestyle

A ne pas louper !

Articles Similaires !