Selon une étude, tous les contraceptifs hormonaux augmentent le risque de cancer du sein

Cependant, les chercheurs de l’étude insistent sur le fait que cette légère augmentation de la possibilité de développer un cancer du sein doit être mise en relation avec les avantages de la contraception.

Selon une nouvelle étude publiée mardi, toutes les méthodes de contraception hormonale peuvent légèrement augmenter le risque de développer un cancer du sein chez les femmes qui utilisent uniquement des méthodes progestatives.

Les chercheurs ont écrit que cette augmentation du risque de cancer du sein doit être considérée par rapport aux bénéfices de la contraception, notamment la protection contre d’autres types de cancers.

Une augmentation du risque de 20 à 30 %

Le risque plus élevé de développer un cancer du sein était bien connu pour les méthodes contraceptives qui mélangent progestatif et œstrogène. Bien que l’utilisation des méthodes à progestatif seul ait augmenté rapidement durant dernières années, très peu d’études ont examiné leur impact sur le risque de cancer du sein.

L’étude, publiée dans la revue PLOS Medicine, conclut que le risque de développer un cancer du sein est en réalité semblable à celui des méthodes œstroprogestatives. Selon l’étude, les femmes qui utilisent des contraceptifs hormonaux sont susceptibles de développer un cancer du sein dans une proportion d’environ 20 à 30 %, quelle que soit la méthode d’administration (stérilet, implant, injection ou pilule) ou la formule employée (œstrogène-progestatif ou progestatif seul).

Ce taux est comparable à celui prédit par des études antérieures, dont une étude de grande envergure datant du début des années 90, qui a révélé que les femmes enceintes étaient plus susceptibles de développer un cancer du sein que les femmes non enceintes.

à ne pas manquer  Comment obtenir un éclat instantané pour votre peau avec un soin visage ?

Avec l’âge, le risque augmente

Afin de mieux comprendre ce que cela signifie, les chercheurs ont déterminé le nombre de cas supplémentaires de cancer du sein qui résultent de la maladie, sachant que les risques de développer la maladie augmentent avec l’âge.

Pour un contraceptif hormonal pris pendant cinq ans entre 16 et 20 ans, le nombre de femmes qui développent un cancer du sein serait de 8 femmes sur 100 000. On compte 265 cas supplémentaires de cancer du sein pour 100 000 femmes si le contraceptif est pris entre 35 et 39 ans.

Personne n’aimerait entendre que quelque chose qu’il fait augmente le risque de cancer du sein“, a admis Gillian Reeves, professeur à l’Université d’Oxford et co-auteur de l’étude. Toutefois, il s’agit d’un “risque infime, en termes de risque absolu“, a-t-elle souligné lors d’un événement organisé à l’intention des journalistes.

Ce risque doit être mis en relation avec les avantages de la contraception hormonale “non seulement en termes de prévention de la grossesse, mais les contraceptifs oraux offrent une défense substantielle et à long terme contre d’autres cancers chez les femmes, comme les cancers de l’ovaire ou de l’endomètre”, a ajouté Gillian Reeves.

Un risque qui diminue lorsque la contraception est supprimée

En outre, l’étude confirme, comme d’autres études antérieures, que le risque plus élevé de développer un cancer du sein associé à la contraception hormonale est temporaire puisqu’il diminue dans les années qui suivent l’arrêt de la contraception. Ces résultats “sont positifs, car l’effet n’est pas significatif“, a déclaré Stephen Duffy, professeur à l’université Queen Mary de Londres, qui n’a pas participé à la recherche.

à ne pas manquer  Comment apaiser naturellement les rougeurs du visage ?

L’étude a été réalisée à partir des données de moins de 10 000 femmes de moins de 50 ans chez qui un cancer du sein a été diagnostiqué entre 1996 et 2017 au Royaume-Uni, où les contraceptifs progestatifs sont désormais aussi répandus que les contraceptifs comprenant des œstrogènes et des progestatifs.

Les contraceptifs progestatifs sont recommandés aux femmes qui allaitent ou à celles qui présentent des contre-indications aux pilules à base d’œstrogènes, comme le risque de maladie cardiaque ou le tabagisme après 35 ans.

Parmi les “multiples facteurs” qui expliquent l’augmentation de leur utilisation, il se pourrait que “les femmes utilisent des contraceptifs plus tard dans leur vie” et qu’elles aient donc plus de ces problèmes, a soutenu Gillian Reeves.

Fred Istrack
Fred Istrackhttps://woozor.fr
Fred Istrack est un journaliste passionné et un contributeur clé du site d'actualités en ligne Woozor.fr. Avec une expérience de plus de 10 ans dans le domaine du journalisme, Fred a développé une expertise dans divers domaines, notamment le sport, la technologie et le lifestyle

A ne pas louper !

Articles Similaires !