Un donneur de sperme néerlandais a engendré plus de 500 enfants, selon une fondation

La mère de l’un de ses enfants veut empêcher l’homme de continuer à faire des dons.

Un homme de 41 ans serait le père de plus de 500 enfants aux Pays-Bas, selon la fondation Donorkind, une organisation qui aide les enfants nés grâce à un don de sperme et qui sont à la recherche de leurs origines.

Donorkind, basée à La Haye, aux Pays-Bas, a confirmé dans un communiqué qu’un généreux “donneur en série” aurait fait don de son sperme au niveau national et international.

Un procès intenté par la mère de l’un de ses enfants demande maintenant à un tribunal néerlandais d’empêcher l’homme de faire des dons à l’avenir.

Selon les directives médicales néerlandaises, un donneur ne peut engendrer que 25 enfants afin d’éviter tout risque d’inceste et de problèmes psychologiques. Mais, le fait d’en faire trop n’est pas considéré comme un crime.

Le donneur, identifié dans les médias néerlandais comme “Jonathan M.”, a déjà été interdit de don en 2017 par la Société néerlandaise d’obstétrique et de gynécologie (NVOG). À l’époque, il avait déjà engendré 102 bébés dans 11 cliniques différentes, selon les autorités. Mais, cela n’a pas empêché “Jonathan“, qui serait musicien, de poursuivre ses contributions génétiques sur internet et à l’international.

Ties van der Meer, président de Donorkind, qui a également été conçu grâce à un don de sperme, a déclaré à ABC News que sa fondation avait reçu plusieurs appels téléphoniques cette semaine de la part de plus de 30 mères.

Elles appelaient du monde entier“, a-t-il déclaré. “Elles étaient toutes très inquiètes et se demandaient si leur enfant provenait du même donneur.

à ne pas manquer  Quel est le fast-food le plus sain ? Chaînes à visiter et produits à commander

Jonathan M.” n’a jamais mentionné le nombre réel d’enfants qu’il a eu à des cliniques de fertilité ou à des mères, a déclaré M. van der Meer, qui a ajouté qu’il est en contact régulier avec certaines des mères des 500 enfants de Jonathan.

Le président de Donorkind a confirmé à ABC News que “Jonathan M.” voyait même certains de ses enfants.

Il faut le signaler et le combattre. Je peux imaginer à quel point cela peut être traumatisant“, a déclaré Ines M., une femme de 38 ans qui a eu un bébé avec un donneur anonyme néerlandais deux ans auparavant. Sa fille aura la possibilité de rencontrer son donneur lorsqu’elle aura 16 ans.

La fondation Donorkind a déclaré qu’elle luttait désormais contre le maintien de l’anonymat des donneurs, car “il est très compliqué de contrôler le nombre d’enfants pour chacun d’entre eux“.

Selon M. van der Meer, “l’anonymat” va à l’encontre du droit de l’enfant : “Je parle avec des enfants, aujourd’hui adultes, qui vivent dans une peur constante. Ils ont peur d’avoir une relation avec leurs frères et sœurs de groupe sans le savoir“.

La Fondation Donorkind demande également aux Pays-Bas de détruire tous les échantillons conservés par “Jonathan M.”, à l’exception de ceux qui seront utilisés par les femmes qui ont déjà eu un enfant grâce à son don et qui souhaitent donner un frère ou une sœur à leur enfant.

Aux Pays-Bas, les cliniques privées ou publiques paient entre 10 et 20 dollars par don de sperme.

à ne pas manquer  Après Nashville, le Congrès est confronté aux limites de la nouvelle loi sur les armes à feu
Fred Istrack
Fred Istrackhttps://woozor.fr
Fred Istrack est un journaliste passionné et un contributeur clé du site d'actualités en ligne Woozor.fr. Avec une expérience de plus de 10 ans dans le domaine du journalisme, Fred a développé une expertise dans divers domaines, notamment le sport, la technologie et le lifestyle

A ne pas louper !

Articles Similaires !