Accueil Tech AutoGPT : le ChatGPT autonome qui bouscule les frontières de l’IA

AutoGPT : le ChatGPT autonome qui bouscule les frontières de l’IA

0
AutoGPT : le ChatGPT autonome qui bouscule les frontières de l’IA

Un développeur a récemment dévoilé une version autonome et indépendante de ChatGPT, nommée AutoGPT. Cette intelligence artificielle expérimentale peut gérer un projet de bout en bout en fusionnant plusieurs modèles linguistiques.

Il y a quelques semaines, Toran Bruce Richards, développeur de jeux vidéo, a présenté le projet AutoGPT sur Github. Sous le pseudonyme Significant Gravitas en ligne, il décrit AutoGPT comme « une application open-source expérimentale » ayant pour objectif de permettre à GPT-4, la dernière évolution du modèle linguistique derrière ChatGPT, de fonctionner « de façon entièrement autonome ». Le projet « étend les capacités de l’IA », selon la page Github.

Un ChatGPT devenu autonome

En pratique, l’intelligence artificielle peut gérer une mission de la première à la dernière étape sans qu’un humain n’intervienne pour la diriger. Pour ce faire, cette variante de ChatGPT se connecte à Internet pour rechercher et rassembler des informations pertinentes, puis s’appuie sur le modèle GPT-4 pour générer du texte ou du code. Enfin, l’IA utilise GPT-3.5, la version précédente du modèle linguistique, pour stocker et résumer des fichiers. Ainsi, AutoGPT combine plusieurs modèles linguistiques pour traiter les tâches longues et complexes, et l’intervention humaine n’est plus nécessaire après la demande initiale.

Dans une interview accordée à Vice, le créateur d’AutoGPT explique vouloir aider les modèles linguistiques à « s’adapter aux tâches requérant une planification à long terme ». L’application open-source « peut appliquer le raisonnement de GPT-4 à des problèmes plus vastes et complexes nécessitant une planification à long terme et plusieurs étapes », ajoute le développeur.

« La capacité à fonctionner avec un minimum d’interventions humaines est un aspect essentiel d’AutoGPT. Il transforme un grand modèle linguistique, qui est en réalité une saisie semi-automatisée avancée, en un agent autonome capable de réaliser des actions et d’apprendre de ses erreurs », précise Toran Bruce Richards.

à ne pas manquer  Elon Musk, Steve Wozniak et d'autres leaders de la technologie avertissent que l'IA "hors de contrôle" pose des "risques profonds"

AutoGPT se différencie de ChatGPT par sa capacité à s’autoévaluer. Au cours d’une tâche, l’IA peut analyser sa manière de travailler pour s’améliorer. Par exemple, durant la phase de recherche, AutoGPT se rend compte de lui-même qu’il doit vérifier la fiabilité des sites web consultés. De plus, il est conscient des limites de sa mémoire. Ainsi, l’IA enregistre automatiquement les données cruciales pour la suite de son projet dans un fichier. Cette prise de conscience améliore considérablement la rétention d’informations de ChatGPT. C’est en partie grâce à cette mémoire renforcée que l’IA parvient à finaliser un projet sans qu’un programmeur n’intervienne pour le recentrer.

Les possibilités offertes par AutoGPT

Toran Bruce Richards a d’abord utilisé l’IA pour améliorer un morceau de code, le tester et consigner les résultats dans un fichier. Il a également demandé à AutoGPT de se renseigner sur une liste de sujets en parcourant des articles de presse en ligne, puis de lui fournir un résumé. À l’instar de Prometheus, le chatbot de Bing, AutoGPT est capable d’effectuer des recherches en ligne. Il n’est pas limité à une base de données, ce qui augmente considérablement ses possibilités.

Rapidement, de nombreux internautes se sont intéressés au projet. Grâce au tutoriel disponible sur Github, ils ont pu exécuter AutoGPT sur leur propre ordinateur.

D’après les retours apparus sur Twitter, l’IA peut réaliser une étude de marché complète, écrire un livre de recettes (de la recherche à la rédaction et la mise en forme), ou concevoir une nouvelle start-up en analysant des données en ligne.

« C’est incroyable, il a créé la liste de recettes, une liste d’ingrédients exotiques, une introduction et a commencé à écrire le livre », témoigne un utilisateur, qui a demandé à l’IA de créer un livre sur les 20 meilleurs plats japonais, sur Medium.

D’autres internautes ont utilisé AutoGPT pour automatiser le trading de cryptomonnaies. En exploitant les capacités de l’IA, ils adaptent automatiquement les transactions effectuées en fonction des conditions du marché afin de réaliser des profits. Les résultats ne sont pas encore très convaincants, et le programme requiert encore une surveillance humaine dans ce cas. Cependant, plusieurs traders continuent les expérimentations.

à ne pas manquer  Smartphone transparent de Samsung : la révolution est en marche !

Comment fonctionne AutoGPT ?

Pour qu’AutoGPT prenne en charge une tâche, l’utilisateur doit d’abord lui donner un nom, lui attribuer un rôle précis et lui expliquer ce qu’il doit faire en cinq objectifs. Cette première étape permet de décomposer un processus complexe. L’IA se met ensuite à réaliser chacune des tâches une par une, jusqu’à ce que le processus complet soit achevé. L’utilisateur n’est théoriquement pas censé intervenir dans la procédure. Toutefois, il arrive parfois que l’IA se bloque ou génère des tâches inutiles dans le processus.

Pendant le processus, AutoGPT demande la permission de passer à l’étape suivante, ce qui permet à l’utilisateur de suivre l’avancement de la tâche. Le développeur a inclus un mode continu, qui autorise l’IA à progresser en toute autonomie, dans son application. Néanmoins, il déconseille vivement d’activer ce mode, considérant qu’il est « potentiellement dangereux et peut entraîner l’exécution de votre IA indéfiniment ou effectuer des actions que vous n’autoriseriez pas normalement ». Conscient des risques posés par sa création, Toran Bruce Richards souligne que « la surveillance humaine est toujours recommandée ». Celle-ci peut « atténuer les problèmes potentiels » et guider l’IA vers le résultat souhaité.

Vers l’intelligence artificielle générale ?

Le succès fulgurant d’AutoGPT, qui gagne rapidement des utilisateurs depuis son lancement, a attiré l’attention de plusieurs acteurs majeurs du secteur technologique. Andrej Karpathy, cofondateur d’OpenAI, la start-up à l’origine de ChatGPT, a notamment estimé qu’AutoGPT constitue une évolution logique du fonctionnement du chatbot :

« Une requête GPT est comparable à une instruction sur un ordinateur. Elles peuvent être rassemblées en programmes ».

Selon certains testeurs du programme, AutoGPT représente une avancée vers l’intelligence artificielle générale, l’objectif ultime d’OpenAI. Il s’agit d’une IA qui fonctionnerait comme le cerveau humain, en évoluant et en s’adaptant aux tâches qui lui sont assignées, même si elle n’est pas initialement programmée pour les accomplir.